Santé connectée, sport-santé, assistance : les services innovants autour de la complémentaire santé

Gérer sa complémentaire santé : le panorama des applications mobiles

Santé Connectée Application Mobile Tablette
© D.R.

Articles liés

Les services en ligne prennent une importance croissante dans les couvertures santé : Généralisation-2016 a ainsi passé au crible les applications (existantes… ou pas) des principaux acteurs de ce marché.

Au 1er janvier 2016, la complémentaire santé deviendra obligatoire pour l’ensemble des entreprises du privé : les employeurs devront proposer à leurs salariés une telle couverture, suivant de nouvelles règles (panier de soins, contrats responsables, mise en place) et qu’ils devront financer à moitié – sous réserve des dispenses d’affiliation.

 

Les principaux acteurs de ce marché mettent ainsi à jour leurs offres en fonction de la nouvelle réglementation suite à cette réforme de la généralisation. La différenciation entre ces concurrents, qui pouvait se réaliser sur les garanties jusqu’à présent, se joue désormais de plus en plus sur les services – des planchers et plafonds de prise en charge des garanties ayant été instaurés.

 

Des espaces en ligne à la santé connectée en passant par l’assistance, la gamme de services envisageables s’élargit continuellement. Les applications mobiles deviennent ainsi de plus en plus importantes au fur et à mesure de la digitalisation des relations client : comment, par conséquent, se positionnent ces acteurs sur ce nouveau service, inexistant il y a encore cinq ans ? Notre étude comparée* fait le point.

 

 

 

1. Etat des lieux de l’existant

 

50 acteurs du monde de la complémentaire santé ont été intégrés à l’étude : une petite moitié a lancé, au 15 mai 2015, une application mobile pour les contrats santé. Parmi ceux qui n’a pas encore lancé d’application intégrant les fonctionnalités et services d’une complémentaire santé, on peut noter la Banque Postale, BNP Paribas, Crédit Agricole, Crédit du Nord, LCL, Société GénéraleMMA ou encore Generali**.

 

L’ensemble des applications lancées ont été mises en place pour une compatibilité Apple et Android : seul Allianz a, pour l’heure, investi l’Apple Watch tandis que les applications pour Windows Phone, selon notre comptage, ne sont qu’au nombre de deux (Crédit Mutuel et Mutuelle Verte).

 

On peut distinguer deux principales offres, entre les applications spécifiques à la gestion du ou des contrats santé et celles incluant d’autres contrats (prévoyance, banque, assurance vie…). A noter également le choix d’Axa avec deux applications distinctes, l’une dédiée à la gestion de l’ensemble des contrats souscrits (« Mon AXA ») et l’autre spécifique à la santé, axée prévention et information (« AXA Santé »).

 

 

 

2. Les fonctionnalités de base

 

Que contiennent par conséquent ces applications santé ? Certaines fonctionnalités de base sont ainsi incluses dans la très grande majorité des applications existantes tandis que d’autres, pour l’heure, sont inégalement mises en place.

 

Le suivi de remboursement des soins est inclus dans l’ensemble des applications relevées, à quelques exceptions près comme « AXA Santé » (mais fonctionnalité incluse dans « Mon AXA ») et AG2R « Ma Santé Terciane » (application dédiée uniquement au tiers payant).

 

Le tiers payant, désormais inclus dans la totalité des offres en complémentaire santé, est inégalement pris en compte au sein des applications mobile. Selon les organismes assureurs, l’application permet de géolocaliser les professionnels acceptant le tiers payant et/ou de visualiser (voire d’imprimer et utiliser) sa carte de tiers payant. Les réseaux de soins, de leur côté, sont assez peu valorisés.

 

Le suivi des prises en charge (PEC) est aussi inégal quant à la durée des prises en charge enregistrées (jusqu’à 24 mois) et quant aux notifications push, envoyées par un peu moins d’une application sur deux. Enfin, une grande majorité d’applications proposent une mise en contact avec un agent de la marque, voire avec un service d’assistance.

 

 

 

 

3. Les services différenciants

 

A côté des fonctionnalités de base, certaines applications proposent des services annexes, souvent uniques – ou, à tout le moins, peu courants.

 

La demande de prise en charge hospitalière via l’application, processus souvent réalisable via l’espace en ligne, est un service repéré dans une petite dizaine d’applications (Apicil, April, Aviva, Gan Eurocourtage, Humanis, IRP Auto, Mutuelle Verte, Pro BTP...). La géolocalisation se diffuse sous différentes formes dans une majorité d’applications, que ce soit pour localiser les praticiens de santé membres d’un réseau de soins, acceptant le tiers payant ou alors pour localiser les agences de l’organisme assureur.

 

La simulation de devis et remboursements est un service encore peu usité mais déjà installé au sein de certaines applications (Alptis, Aviva, Axa, Crédit Mutuel, Malakoff Mederic, Ociane) : les assurés peuvent ainsi, par exemple, estimer leurs restes à charge suite à de lourdes dépenses (optique/dentaire).

 

Quelques autres tendances peuvent être identifiées : les aide-mémoire, que ce soit sous la forme d’un carnet de santé numérisé (Ociane), d’un pilulier (Humanis) ou d’un calendrier médicamenteux/vaccinal (Alptis, Eovi MCD, Mutuelle Verte, SwissLife), des services d’information, que ce soit l'initiation aux gestes d’urgence ou des conseils santé (Aviva, Interiale, Malakoff Mederic, Harmonie Mutuelle via l'application tierce Betterise), ou encore la transmission dématérialisée de documents (Ciprés, Génération).

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

 

* Méthodologie : le recensement des applications a été réalisé via les stores d’Apple (iTunes) et Android (Google Play) le 15 mai 2015, de même que les notations et le nombre d’avis. L’ensemble des fonctionnalités est issu des descriptions détaillées des applications réalisées sur les dites pages. Les acteurs intégrant cette étude sont à la fois membres du « Top 30 de l’assurance santé » de l’Argus de l’Assurance (édition 2014) et d’acteurs supplémentaires (notamment les bancassureurs et les courtiers grossistes). A noter que les notes, que ce soit sur Android ou iTunes, sont comprises entre 1 et 5 (la moyenne étant donc de 3).

 

** Liste des acteurs pour lesquels aucune application santé n'a été identifiée : Adrea, BNP Paribas, CCMO Mutuelle, Chorum, Crédit Agricole, Crédit du Nord, Generali, Gerep, GMF (Covea), Klesia, La Mutuelle Bleue, La Mutuelle Générale, LCL, Matmut, MGEN (Istya), MMA (Covea), MNH, Owliance, Pasteur Mutualité, Société Générale, UMG Solimut, Uneo, Uniprevoyance et Verspieren.

 

(A noter que la MMA vient tout juste de lancer son offre AFFIPRO qui incluera à terme des applications mobiles, tandis que la MNH ("Résistabac"), Pasteur Mutualité ("GPM E-Santé") et la GMF ("Pass Santé GMF") proposent d'autres applications santé mais sans lien direct avec le contrat.)

Santé connectée, sport-santé, assistance : les services innovants autour de la complémentaire santé

Santé Connectée Application Mobile Tablette

Gérer sa complémentaire santé : le panorama des applications mobiles

La protection du chef d'entreprise

Travailleurs indépendants

La protection sociale du chef d’entreprise

Texte de référence

Législation

Accédez à l’ensemble des textes de référence

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus